Johann Sebastian Bach (classique)

Musique de la période 1600 à 1750

Modérateurs : Bush Tucker Man, rémipaseul, Eric62, Rico le Montais

Avatar du membre
Jean-Michel
Messages : 166
Enregistré le : lundi 30 janvier 2006 18:17
Localisation : Châtel-Guyon (63)
Contact :

Johann Sebastian Bach (classique)

Message par Jean-Michel » mardi 21 mars 2006 08:17

Salut à tous,

Comment parler de haute-fidélité sans parler de reproduction musicale ? Et, comment parler de musique sans évoquer le talent et le génie de Johann Sebastian Bach que Beethoven lui-même n’hésitait pas à le comparer à un magnifique océan ?


Jean-Sébastien Bach (Johann Sebastian Bach en allemand) était un compositeur et organiste allemand, (21 mars 1685, à Eisenach - 28 juillet 1750, à Leipzig)

Compositeur de l'époque baroque dont il symbolise et personnifie l'apogée, il eut une influence majeure et durable dans le développement de la musique occidentale ; les plus grands compositeurs, tels que Mozart et Beethoven reconnurent en lui un maître insurpassable.

Son œuvre est remarquable en tous points : par sa rigueur et sa richesse harmonique, mélodique ou contrapuntique, sa perfection formelle, sa maîtrise technique, sa pédagogie, la hauteur de son inspiration et le nombre de ses compositions. Elle échappe à la gradation traditionnelle avec la formation, la période de maturité puis le déclin : la qualité des œuvres de jeunesse égale celle des compositions plus tardives.



Biographie


Eisenach

Bach naquit dans une famille de musiciens exerçant depuis plusieurs générations comme musiciens de cour, de ville ou d'église dans la région de Thuringe. Il se situe à la cinquième génération depuis le premier ancêtre connu, un certain Veit Bach qui serait venu au xvie siècle de Hongrie, meunier et musicien amateur. À sa naissance, les Bach qui pratiquent la musique sont plusieurs dizaines ; il s'agit de la plus importante famille de musiciens connue dans toute l'histoire de la musique occidentale. Il reçoit une éducation musicale de son père Johann Ambrosius, violoniste. À l'âge de dix ans, ayant perdu en quelques mois sa mère puis son père, il fut recueilli par son frère aîné Johann Christoph, élève de Johann Pachelbel et organiste à Ohrdruf, qui poursuivit son éducation musicale. Jean-Sébastien se montrait très doué pour la musique et participait aux revenus de la famille en tant que choriste. Il aimait à recopier et étudier les œuvres des compositeurs auxquelles il peut accéder.


Lüneburg

Les ressources de son frère, qui était déjà marié et chef de famille sont limitées : vers 1700, Jean-Sébastien parvint à se faire admettre dans une manécanterie (la Michaelisschule) à Lunebourg, ville située à 200 km vers le nord et qu'il rejoignit à pied en compagnie d'un camarade. Outre la musique, il y apprit aussi la rhétorique, la logique, le latin, le grec et le français. Il fit la connaissance de Georg Böhm, musicien de la Johanniskirche et élève du grand organiste de Hambourg Johann Adam Reinken. Celui-ci l'initia au style musical de l'Allemagne du nord. Il côtoyait aussi à Lunebourg des musiciens français émigrés, notamment Thomas de la Selle, élève de Lully : c'était l'approche d'une autre tradition musicale ; il recopia intégralement l'œuvre d'orgue de Nicolas de Grigny, et entama peut-être une correspondance avec François Couperin.

C'est surtout seul qu'il analysa avec rigueur les partitions des musiciens connus. Sa passion et sa curiosité étaient telles qu'il n'hésitait pas à faire des dizaines de kilomètres à pied pour aller écouter des musiciens, tels Böhm, Reinken et Lübeck, et même plusieurs centaines pour le grand Buxtehude.


Arnstadt

En 1703, il devint organiste à Arnstadt. Il se fit rapidement une réputation de virtuose et d'improvisateur de musique.


Mühlhausen

De 1707 à 1708, il était organiste à Mühlhausen. Il y écrivit sa première cantate, prélude à une œuvre liturgique monumentale à laquelle se rajoutera l'œuvre pour orgue, témoins les plus révélateurs du génie, de la profondeur et de la beauté pure dont Bach s'est fait le plus grand interprète de tous les temps. Il composera sa vie durant des cantates pour cinq années complètes de cycle liturgique, soit plus de trois cents. Plusieurs dizaines de ses compositions sont perdues, dont une grande partie date de cette période. C'est aussi dans cette ville qu'il épouse sa cousine Maria Barbara dont il admirait le teint de soprano. Il doit se battre pour constituer une dote convenable et pour donner à sa femme une place dans les représentations (les femmes n'étant pas admise à la tribune d'honneur jusqu'au XIXe siècle).


Weimar

De 1708 à 1717, organiste et premier violon solo à la chapelle du duc de Weimar, il disposait de l'orgue mais aussi de l'ensemble instrumental et vocal du duc. Cette période vit la création de la plupart de ses œuvres pour orgue, de ses cantates, de ses pièces pour clavecin inspirées des grands maîtres italiens. Mais il voulait quitter cette ville où il s'ennuyait. le Duc de Weimar apprit la nouvelle et l'emprisonna. Il fallu que le Prince Léopold d'Anahlt-Coethen vienne le libérer pour le nommer musicien de chapelle à sa cour de Coethen.


Cöthen

De 1717 à 1723, il est maître de chapelle à la cour du prince Léopold de Anhalt-Cöthen. Le prince est musicien, attentionné et calviniste. Cette période heureuse de la maturité est propice à l'écriture de ses plus grandes œuvres instrumentales pour luth, flûte, violon (Sonates et partitas pour violon solo), clavecin (premier livre du « Clavecin Bien Tempéré »), violoncelle (Suites pour violoncelle seul), et les Six concerti brandebourgeois. Cette cour lui offre tout le confort pécuniaire et amical désiré. Mais un événement va faire basculer la vie de Bach : la mort de sa femme Maria Barbara. Il en est d'autant plus bouleversé qu'il n'apprend la mort et l'enterrement de Maria Barbara qu'à son retour de Dresde. Il songe ainsi à quitter cet endroit empli de souvenirs et trois motifs vont provoquer son départ : il ne pouvait composer de musique sacrée dans une cour calviniste, ce qui lui manque énormément, la deuxième femme du Duc semble être une "amusa" et Leipzig, où le poste de Cantor est vacant, lui permet une plus grande renommée en Saint Empire mais aussi en Pologne et en France (le duc de Saxe est roi de Pologne et a fréquenté la cour de Versailles avec laquelle il garde de bonnes relations). Il obtient le poste de Cantor et compose la Passion selon Saint Jean, première œuvre à venir, avec ardeur à Cöthen.


Leipzig

De 1723 à 1750, soit plus de vingt-cinq ans à Leipzig, Bach succède à Johann Kuhnau, comme cantor de l'église luthérienne saint Thomas. Il s'y installe avec sa deuxième femme Anna Magdalena, fille d'un grand musicien et choriste de la cour de Coethen qu'il a épousée à Coethen. Il enseigne la musique, le catéchisme et le latin dans les deux écoles ecclésiastiques de la ville : St Thomas pour les "pauvres" et St Nicolas pour les "riches", mais doit aussi fournir de très nombreuses partitions pour les églises, une cantate pour chaque dimanche et jour de fête. Les partitions sont souvent mal exécutées faute d'instrumentistes et de solistes à la hauteur. Il se heurte souvent à la jalousie de ses confrères qui forcent notamment les élèves à boycotter les leçons de musique de Bach. Il méne une vie riche en connaissances, constituant une bibliothèque spécialisé en bibliologie, théologie et mystique. Sa femme l'aide beaucoup dans sa fonction de Cantor en recopiant toute ses partitions. Sa fonction de Director Musices lui permet d'assister à des réunions musicales organisées au Café Zimmerman pour des bourgeois amateurs de musique et de participer aux débats à l'Université. C'est à Leipzig qu'il compose la majorité de ses œuvres sacrées dont la "Passion selon Saint Matthieu" qui reste l'œuvre majeure de la musique sacrée mondiale. Il composera 126 de ses cantates à ce poste.

Il emprunte donc beaucoup à ses travaux précédents, mais son génie, sa créativité et son intelligence sont tels que toutes ces œuvres restent exceptionnelles et figurent parmi les plus grands chefs-d'œuvre de toute l'histoire de la musique occidentale. En particulier, la Passion selon saint Matthieu, la Messe en si mineur, le Deuxième livre du « Clavier Bien Tempéré », l'Offrande Musicale et l'Art de la fugue, sorte de « point d'orgue » où l'artiste, parvenu à la maîtrise ultime de son talent, portera son expression aux limites de la perfection.



L'héritage musical

Avec Jean-Sébastien, la musique baroque atteint à la fois son apogée et son aboutissement. Dès sa disparition, le musicien génial est quasiment oublié parce que passé de mode, comme le contrepoint qu'il a porté à une perfection inégalée.

Les fils qu'il a formés Wilhelm Friedemann, Carl Philipp Emanuel, Johann Christoph Friedrich, Johann Christian vont suivre des chemins différents que Bach avait déjà devinés en disant « Carl Philipp Emmanuel est comme le bleu de chine, il sera connu mais s'évaporera vite. Seul Wilhelm Friedeman réussira à percer durablement même s'il mettra du temps avant de réussir ». Ils suivront les traces de leur père en prenant exemple sur le style classiciste qui prend alors le pas sur le Baroque. Seul l'aîné, Wilhelm Friedemann, se concacrera plus amplement au piano et rejoindra Haendel à Londres, se faisant un des principaux précurseurs du « Romantisme ».

Wolfgang Amadeus Mozart lui-même ne faisait pas exception, jusqu'au jour où le baron Van Swieten, un passionné de musique baroque qui possédait une bibliothèque musicale très riche, lui fit découvrir avec enthousiasme une partie de l'œuvre de Bach. Mozart vit alors tous ses préjugés s'effondrer et fut pendant quelque temps incapable de composer. Quand il réussit à assimiler cet immense héritage, sa manière de composer fut changée en quelque chose, comme enrichie, sans qu'il ait eu besoin pour cela de renoncer à son style personnel : on pense notamment à son Requiem, à la symphonie « Jupiter », dont le quatrième mouvement est une fugue à cinq voix écrite en contrepoint renversable, à certains passages de La Flûte enchantée, etc.

Ludwig van Beethoven connaissait très bien l'œuvre pour clavecin de Bach et, jeune, il en jouait une grande partie par cœur. Il a pris exemple sur les Variations Goldberg pour composer ses Variations pour piano.

Ce n'est qu'en 1829 que Mendelssohn, l'un des successeurs de Bach à Saint Thomas de Leipzig, fit rejouer la Passion selon saint Matthieu à l'Église Saint Thomas. Il permit ainsi à beaucoup de gens de redécouvrir, au xixe siècle, le génie du compositeur oublié. Les romantiques, d'abord allemands, ont alors repris cet héritage, en l'adaptant aux goûts du xixe siècle.

Depuis, son œuvre, insensible à l'évolution des goûts, reste la référence incontournable et inégalée de l'ensemble de la musique occidentale.

Dans les années 1930 à Leipzig, une nouvelle approche de la lecture des œuvres de Bach va être initiée par Karl Straube avec des effectifs instrumentaux et choraux moins imposants que ceux des interprétations du xixe siècle ; Straube va aussi jouer les œuvres dites théoriques comme L'art de la fugue (avec orchestre toutefois). L'aboutissement de ce "'renouveau baroque" se retrouvera à partir des années 1950, avec des interprètes tels que Gustav Leonhardt et ses nombreux disciples, ou Nikolaus Harnoncourt. Gustav Leonhardt et Nikolaus Harnoncourt seront les premiers à enregistrer l'intégrale des cantates.

Glenn Gould révélera également tout le génie de Bach en mettant l'accent sur la sensibilité fortement et volontairement présente dans toute l'œuvre pour clavier, grâce à l'interprétation au piano. Les interprétations au clavecin avaient mis de côté la sensibilité au profit de la perfection technique. Glenn Gould sera le premier à interpréter toute l'œuvre de Bach au piano, conformément à la volonté du compositeur : Bach a découvert le piano à la cour de Frédéric II de Prusse et auprès de Silbermann, après quoi il a encouragé l'interprétation de ses œuvres sur piano. Glenn Gould arrivera à l'apogée de son alchimie musicale dans le deuxième enregistrement des Variations Goldberg en 1981.

Cette musique, même mal interprétée, revisitée (Jacques Loussier ou Wendy Carlos), transposée d'un instrument à un autre, voire adaptée en rythme de jazz, garde ses propriétés esthétiques, comme si la richesse de sa structure rendait le reste accessoire.

Marcel Dupré jouait l'œuvre intégrale de Bach pour orgue par cœur, de même que Helmut Walcha, le grand organiste allemand qui, aveugle dès son adolescence, l'apprit par une écoute attentive.



Pensées

• « La vie est une erreur. Une merveilleuse erreur de parcours qui a produit la musique de Bach et, pas très loin, les camps de concentration. », Thierry Hentsch ;
• « Devant celui-là, tous les autres ne sont que des enfants », Robert Schumann ;
• « Sans Bach, la théologie serait dépourvue d'objet, la Création fictive, et le néant péremptoire », « S'il y a quelqu'un qui doit tout à Bach, c'est bien Dieu », Émil Michel Cioran, Syllogismes de l'amertume, Gallimard ;
• « La musique, chez Bach, tend à devenir un être vivant, palpitant et sensible », Pierre Vidal.
• « Il y a d'abord Bach … et puis tous les autres. » Pablo Casals
• « Malgré tout mon amour pour beaucoup d'autres – et Beethoven et Mozart ne sont pas les moindres – je ne peux qu'être d'accord avec Casals : Bach les domine tous. » Paul Tortelier
• « En tout art, de hauts génies dominent sur les autres, et semblent l'emporter sur toute beauté rivale: ainsi Shakespeare et Racine, Aristophane et Virgile, Goethe et Stendhal, Rembrandt ou Goya. Mais Bach me donne l'idée qu'il est plus grand, plus puissant, plus beau, plus étendu en musique, plus musical enfin qu'aucun autre artiste souverain dans son art propre. Et même la vertu de Bach est telle qu'il domine sur tous les artistes, en quelque art que ce soit, et non pas seulement dans le sien. » André Suarès, Pages
• Beethoven ,jouant avec le nom de Jean Sébastien Bach (bach signifie ruisseau en allemand) estimait que Meer (la mer) aurait mieux convenu à la majesté et à l'ampleur de son génie


Compositions remarquables

• Liste complète : Liste des œuvres de Jean-Sébastien Bach ;
• pour les cantates sacrées ou profanes : Liste des cantates de Jean-Sébastien Bach.
• Cantates BWV 4, BWV 6, BWV 21, BWV 78, BWV 106, BWV 140, BWV 136, BWV 198, BWV 146, BWV 177, BWV 127, BWV 35, BWV 51, BWV 56, BWV 82, BWV 201, BWV 205, BWV 208, BWV 211, BWV 212.
• Passion selon saint Jean, BWV 245 ;
• Passion selon saint Matthieu, BWV 244 ;
• Messe en si mineur BWV 232 ;
• Oratorio de Noël, BWV 248 ;
• Magnificat, BWV 243 ;
• Motets, BWV 225 à BWV 231 ;
• Toccata et fugue en ré mineur pour orgue, BWV 565 et quelques autres couples de Prélude et Fugue comme BWV 542, 543, 544, 545, 582;
• Les variations Goldberg, BWV 988 ;
• Les six partitas pour clavecin, BWV 825 à BWV 830 ;
• Inventions et symphonies, BWV 772 à BWV 801 ;
• Inventions, BWV 772 : Media:Bach-invention-01.mid
• Symphonie, BWV 787 : Media:Bwv787.mid
• Le clavier bien tempéré, BWV 846 à BWV 893 ;
• Prélude I, BWV 846 : Media:Wtk1-prelude1.mid
• Sonates et partitas pour violon seul, BWV 1001 à BWV 1006 ;
• Suites pour violoncelle seul, BWV 1007 à BWV 1012 [partitions]
• Sonates pour flûte, BWV 1013, BWV 1020, BWV 1030 à BWV 1035 ;
• Les six concertos brandebourgeois, BWV 1046 à BWV 1051 ;
• Concertos pour violon, BWV 1041, BWV 1042, BWV 1043 ;
• Concertos pour clavecin, BWV 1052 à BWV 1065 ;
• Suites pour orchestre, BWV 1066 à BWV 1070 ;
• L'Offrande musicale, BWV 1079 ;
• L'Art de la fugue, BWV 1080;
[modifier]

Quelques grands interprètes
• Chefs d'orchestre : Otto Klemperer, Gunther Ramin, Karl Richter, Kurt Thomas,Pablo Casals, Karl Munchinger, Hans-Joachim Rotzsch, Gustav Leonhardt, Frans Brüggen, Nikolaus Harnoncourt, Jordi Savall, Reinhard Goebel, Philippe Herreweghe, Masaaki Suzuki, Sigiswald Kuijken
• Violoncellistes : Pablo Casals, Paul Tortelier, Pierre Fournier, Janos Starker, Anner Bylsma, André Navarra, Mstislav Rostropovitch, Yo-Yo Ma
• Violonistes : David Oïstrakh, Nathan Milstein, Georges Enesco, Yehudi Menuhin, Sigiswald Kuijken, Hilary Hahn, Arthur Grumiaux
• Claviers : Glenn Gould, Wanda Landowska, Edwin Fischer, Ralf Kirkpatrick, Helmut Walcha, Sviatoslav Richter, Marie-Claire Alain, Gustav Leonhardt, Michel Chapuis, Friedrich Gulda, André Isoir, Pierre Hantaï, Masaaki Suzuki, Alexis Weissenberg, Murray Perahia, Pierre Réach, Rosalyn Tureck, Blandine Verlet.
[modifier]

Ouvrages de référence
• Vie de Johann Sebastian Bach, Johann Nikolaus Forkel : première biographie du compositeur (1802).
• Jean-Sébastien Bach, Alberto Basso : dernière somme biographique de référence (Editions Fayard - 1984 pour la traduc. française).
Titre original : "Frau Musica - La vita e le opere di J.S. BACH" (E.D.T./Musica - 1979).
• Moi JSB, Jean Pierre Grivois : Biographie très complète à la première personne (Editions Héloïse d'Ormesson - 2005)


Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Johann_Sebastian_Bach

____________________________________________________

Je vous conseille le catalogue BWV des œuvres : http://www.uquebec.ca/musique/catal/bac ... tml#Oeuvre
:wink:

Que l'émotion soit avec nous.

Amitiés,

Jean-Michel

Avatar du membre
Steph69
Club des 2000 et +
Messages : 4394
Enregistré le : vendredi 21 avril 2006 10:43
Âge: 43
Localisation : Lyon
Contact :

Message par Steph69 » samedi 21 juin 2008 11:18

J'écoute en ce moment cet album :
Image


Je ne peux que le conseiller aux amateurs de violoncelle. :wink:

Anne Gastinel joue sur un instrument de 1690. Je trouve l'interprétation très bonne et l'enregistrement de grande qualité.

8)

Disque 1 :
  • 1. Suite Pour Violoncelle N°1 En Sol Majeur, Bwv1007 : Prélude
    2. Suite Pour Violoncelle N°1 En Sol Majeur, Bwv1007 : Allemande
    3. Suite Pour Violoncelle N°1 En Sol Majeur, Bwv1007 : Courante
    4. Suite Pour Violoncelle N°1 En Sol Majeur, Bwv1007 : Sarabande
    5. Suite Pour Violoncelle N°1 En Sol Majeur, Bwv1007 : Menuets 1 & 2
    6. Suite Pour Violoncelle N°1 En Sol Majeur, Bwv1007 : Gigue
    7. Suite Pour Violoncelle N°4 En Mi Bémol Majeur, Bwv1010 : Prélude
    8. Suite Pour Violoncelle N°4 En Mi Bémol Majeur, Bwv1010 : Allemande
    9. Suite Pour Violoncelle N°4 En Mi Bémol Majeur, Bwv1010 : Courante
    10. Suite Pour Violoncelle N°4 En Mi Bémol Majeur, Bwv1010 : Sarabande
    11. Suite Pour Violoncelle N°4 En Mi Bémol Majeur, Bwv1010 : Bourrées 1 & 2
    12. Suite Pour Violoncelle N°4 En Mi Bémol Majeur, Bwv1010 : Gigue
    13. Suite Pour Violoncelle N°5 En Ut Mineur, Bwv1011 : Prélude
    14. Suite Pour Violoncelle N°5 En Ut Mineur, Bwv1011 : Allemande
    15. Suite Pour Violoncelle N°5 En Ut Mineur, Bwv1011 : Courante
    16. Suite Pour Violoncelle N°5 En Ut Mineur, Bwv1011 : Sarabande
    17. Suite Pour Violoncelle N°5 En Ut Mineur, Bwv1011 : Gavottes 1 & 2
    18. Suite Pour Violoncelle N°5 En Ut Mineur, Bwv1011 : Gigue

Disque 2 :
  • 1. Suite Pour Violoncelle N°2 En Ré Mineur, Bwv1008 : Prélude
    2. Suite Pour Violoncelle N°2 En Ré Mineur, Bwv1008 : Allemande
    3. Suite Pour Violoncelle N°2 En Ré Mineur, Bwv1008 : Courante
    4. Suite Pour Violoncelle N°2 En Ré Mineur, Bwv1008 : Sarabande
    5. Suite Pour Violoncelle N°2 En Ré Mineur, Bwv1008 : Menuets 1 & 2
    6. Suite Pour Violoncelle N°2 En Ré Mineur, Bwv1008 : Gigue
    7. Suite Pour Violoncelle N°3 En Ut Majeur, Bwv1009 : Prélude
    8. Suite Pour Violoncelle N°3 En Ut Majeur, Bwv1009 : Allemande
    9. Suite Pour Violoncelle N°3 En Ut Majeur, Bwv1009 : Courante
    10. Suite Pour Violoncelle N°3 En Ut Majeur, Bwv1009 : Sarabande
    11. Suite Pour Violoncelle N°3 En Ut Majeur, Bwv1009 : Bourrées 1 & 2
    12. Suite Pour Violoncelle N°3 En Ut Majeur, Bwv1009 : Gigue
    13. Suite Pour Violoncelle N°6 En Ré Majeur, Bwv1012 : Prélude
    14. Suite Pour Violoncelle N°6 En Ré Majeur, Bwv1012 : Allemande
    15. Suite Pour Violoncelle N°6 En Ré Majeur, Bwv1012 : Courante
    16. Suite Pour Violoncelle N°6 En Ré Majeur, Bwv1012 : Sarabande
    17. Suite Pour Violoncelle N°6 En Ré Majeur, Bwv1012 : Gavottes 1 & 2
    18. Suite Pour Violoncelle N°6 En Ré Majeur, Bwv1012 : Gigue




Il existe également cet édition de l'oeuvre de Bach qui mérite l'écoute :

Image


Stéphane
Image Triangle Magellan Concerto, Sat10 XS, Khos ES
Audio Analogue Bellini VB 2.0, 2 x HK Signature 1.5, Pioneer VSX-LX 53
Audionet Art-G2, Panasonic DMP-BD55, Samsung DVDR 121


Mon installation

ostal
Messages : 193
Enregistré le : jeudi 4 janvier 2007 13:15
Âge: 47
Localisation : Paris 13

Bach : par où commencer ?

Message par ostal » lundi 23 juin 2008 16:30

Quelles sont vos suggestions pour découvrir un compositeur si prolifique ?
Merci de nous donner vos avis sur les pièces incontournables, celles que vous trouvez belles et qui donneront envie au profane d'aller plus loin da ns la découverte de cet artiste.
ampli et source : UFO 350B enceintes Large Bande Dodeman

Avatar du membre
Loug
Club des 5000 et +
Messages : 6000
Enregistré le : jeudi 9 mars 2006 12:36
Localisation : Lugdunum

Re: Bach : par où commencer ?

Message par Loug » lundi 23 juin 2008 17:16

Pour Steph :roll:
Il joue sur un testore de 1690 également :P

Sinon j'ai aussi pu écouter la version d'Anne Gastinel

Anne sur ton tube

Anne est lyonnaise :wink: (elle faisait du sport avec ma dame il y a peu encore)
Qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse...

Avatar du membre
krisprolls
Club des 2000 et +
Messages : 4817
Enregistré le : dimanche 19 mars 2006 09:10
Âge: 47

Message par krisprolls » mardi 24 juin 2008 20:38

Le Testore était le violoncelle de mon frère (testore c'est d'ailleurs son nom de participant au forum, puisqu'il y a fait quelques sauts à une époque).
Il a dû revendre cet instrument mythique, hélas...

Les suites sont une épure de Bach... Un concentré, presque abstrait, nu, sans artifice. C'est aussi le grand défi des violoncellistes. Et mon fréro ne les joue pas mal du tout ! (je sais ça ne vous dit rien et c'est pas très objectif).

Anne Gastinel joue certes un instrument ancien, mais monté en moderne. Il ne reste quasi plus rien du montage d'origine (cordes modernes en métal fileté, réglages divers, pique, archet moderne) On est donc assez loin du son d'époque obtenu sur cet instrument (le sien était un violoncelle de défilé, muni d'une sangle. Abîmé et reconstruit, au final, il ne reste que la table d'origine). Celui de mon frère était plus authentique, monté en boyaux, sans pique, archet baroque...

Je ne veux surtout pas lancer un débat très souvent abordé en musique et en musicologie opposant les "anciens" et les "modernes". Anne Gastinel joue très bien, très romantique, et le timbre qu'elle tire de l'instrument est magnifique. Mais sa lecture de l'oeuvre est issu d'un héritage esthétique qui avait cours avant la redécouverte du baroque.

Je ne défend d'ailleurs aucune école (l'authentique restituée d'époque ou la "romantico-moderne"). Ca serait un peu réducteur de limiter Bach à la facture instrumentale. Par contre, le mode de jeu peut être très dépendant du montage de l'instrument. Jusqu'à l'accord qui sera très différent. Je défend surtout la capacité d'un artiste à faire vivre une oeuvre, quel que soit son parti pris.
Magellan Duetto_MC2100_Nad272_PrimalunaPL3_MFVDAC_ThorensTD160 / MonitoraudioGS10_Nad320BEE_NAD542...

Avatar du membre
Loug
Club des 5000 et +
Messages : 6000
Enregistré le : jeudi 9 mars 2006 12:36
Localisation : Lugdunum

Message par Loug » mercredi 25 juin 2008 10:52

Un grand merci krisprolls pour partager avec nous un peu de ton savoir :wink:
Qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse...

Avatar du membre
Steph69
Club des 2000 et +
Messages : 4394
Enregistré le : vendredi 21 avril 2006 10:43
Âge: 43
Localisation : Lyon
Contact :

Message par Steph69 » mercredi 25 juin 2008 11:10

Loug a écrit :merci krisprolls
C'est clair. 8)

[HS : j'espère avoir bien respecté la charte sur les citations :roll: ]


Il y a une autre oeuvre de Bach que j'apprécie tout particulièrement, c'est la Messe en si mineur. Un registre bien différent évidemment de la musique classique où l'on peut apprécier la clareté des chants.

Image

Dans le gigantesque registre de Bach, beaucoup d'oeuvres ne m'intéressent pas de part l'utilisation du clavecin. La sonorité de cet instrument m'insupporte et suffit à me faire rejeter tout une oeuvre quelqu'en soit la qualité de sa composition ; or Bach en était friand.

Stéphane
Image Triangle Magellan Concerto, Sat10 XS, Khos ES
Audio Analogue Bellini VB 2.0, 2 x HK Signature 1.5, Pioneer VSX-LX 53
Audionet Art-G2, Panasonic DMP-BD55, Samsung DVDR 121


Mon installation

Avatar du membre
Loug
Club des 5000 et +
Messages : 6000
Enregistré le : jeudi 9 mars 2006 12:36
Localisation : Lugdunum

Message par Loug » mercredi 25 juin 2008 12:11

Steph, tu as testé Loussier?

J'adore :P
Qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse...

Avatar du membre
Icelade72
Club des 500 et +
Messages : 944
Enregistré le : lundi 6 février 2006 22:44
Localisation : Le MANS
Contact :

Message par Icelade72 » mercredi 25 juin 2008 13:11

J'ai pris un grand plaisir à lire la biographie de ce grand compositeur.Merci.

Amateur des orgues, j'ai bien évidemment un faible pour les toccata et fugue...
Toutes les étapes de la construction des Icelantes sont à jour sur mon blog, cliquez sur la mapemonde à gauche et bonne visite...

Avatar du membre
Steph69
Club des 2000 et +
Messages : 4394
Enregistré le : vendredi 21 avril 2006 10:43
Âge: 43
Localisation : Lyon
Contact :

Message par Steph69 » mercredi 25 juin 2008 13:12

Non, c'est vrai que tu m'en avais parlé. :wink:

Stéphane
Image Triangle Magellan Concerto, Sat10 XS, Khos ES
Audio Analogue Bellini VB 2.0, 2 x HK Signature 1.5, Pioneer VSX-LX 53
Audionet Art-G2, Panasonic DMP-BD55, Samsung DVDR 121


Mon installation

maoul
Club des 500 et +
Messages : 895
Enregistré le : mercredi 5 avril 2006 17:09
Âge: 33
Localisation : Charleville Mézières :(

Message par maoul » mercredi 25 juin 2008 18:51

Bach, certainement un mes préférés en musique classique !

A ce titre, que vaut le coffret de l'intégrale de Bach que l'on voit à un prix plus qu'attractif au regard du nombre de CDs ?
Quelqu'un l'a-t-il ?
la fête de la musique, ca devrait être tous les jours !

Avatar du membre
krisprolls
Club des 2000 et +
Messages : 4817
Enregistré le : dimanche 19 mars 2006 09:10
Âge: 47

Message par krisprolls » jeudi 26 juin 2008 13:36

Steph69 a écrit :Dans le gigantesque registre de Bach, beaucoup d'oeuvres ne m'intéressent pas de part l'utilisation du clavecin. La sonorité de cet instrument m'insupporte et suffit à me faire rejeter tout une oeuvre quelqu'en soit la qualité de sa composition ; or Bach en était friand.

Stéphane
Nous sommes hélàs face à une question de ... Prise de son !

Un clavecin est un instrument de très faible dynamique et d'impact relativement limité dans un ensemble instrumental. Je ne dis pas qu'il est inaudible, mais un clavecin bien réglé sonne au réel comme un instrument subtile et fin, un peu comme un doux "brouillard" sonore. On a souvent voulu augmenter artificiellement sa présence au disque, conduisant à en faire de vraies boîtes à clou. De même, un clavecin soliste ne doit pas être écouté au dessus de son volume sonore réaliste (même problème avec la harpe au sein de l'orchestre symphonique, qu'on entend parfois trop amplifiée. Elle ne doit simplement être qu'une coloration très suave et aérienne).

Je crois que sur ce point, on a quand même progressé dans les prises de son depuis les années 70 et les premières versions baroques.


En tout cas, concernant l'oeuvre monumentale de Bach, son génie s'exprimait tout aussi bien dans des formes austères et sévères (l'instrument seul) que dans des formes plus agrandies (messes, cantates, passions)...

Je crois que j'ai un faible pour la saint Jean.
Les motets sont un régal à faire, peut-être un peu répétitif à entendre.
Les cantates regorgent de richesses.
Les pièces pour clavier sont à découvrir d'urgence pour le haut degré d'abstraction et l'accomplissement du genre fugué, qui n'ira sans doute jamais aussi loin qu'avec Bach.
A chanter, c'est difficile car le traitement de la voix soliste (ou même choriste) est instrumental, bien que toujours très sensuel. Le chanteur devra se dépatouiller dans des phrases complexes avec très peu d'endroits pour respirer...
Magellan Duetto_MC2100_Nad272_PrimalunaPL3_MFVDAC_ThorensTD160 / MonitoraudioGS10_Nad320BEE_NAD542...

Avatar du membre
rémipaseul
Moderateur+
Messages : 4762
Enregistré le : vendredi 21 juillet 2006 00:21
Âge: 71
Localisation : Lyon ( enfin...presque )

Message par rémipaseul » jeudi 26 juin 2008 14:11

Bonjour.

Je suis en possession d'un CD assez particulier :

Des oeuvres pour orgue de Johann Sebastien BACH, jouées par ....ALBERT SCHWEITZER.
Il y a même sa célèbre "Toccata & Fugue en Ré Mineur".

Jusqu'à ce que je tombe sur ce CD, je ne connaissais pas ses talents d'organiste.

C'est assez spécial, mais quand on sait qui joue, on comprend mieux !

Image

Ce n'est pas de la "Grande" musique, mais c'est amusant.

Salon : Antal TZX / NAD C720BEE / CD: NAD C515BEE / DVD+VHS: Samsung DVD-VR355 / LP: Pioneer PL-200 + NAD PP2 / K7: Pioneer CT-F650
Bureau : Biblios "noname" / Pioneer SA-508 / Tuner: Pioneer TX-608L / CD: SONY CDP-34 / LP:Technics SL-B21

Avatar du membre
Eric62
Administrateur
Messages : 18199
Enregistré le : dimanche 12 février 2006 00:47
Âge: 50
Localisation : Sud de Lille au nord du Pas-de-Calais

Message par Eric62 » vendredi 27 juin 2008 18:22

Je possède ce triple CD :

Image
Image

Je suis en train de l'écouter en ce moment, très belle prise de son. :wink:
Nous savons tous les deux que le monde sommeille par manque d'imprudence - Brel (Jojo)
Pour soutenir le forum : rejoignez l'association Ambiance Hifi ou faites-lui un don.

Avatar du membre
JVERT
Club des 2000 et +
Messages : 2440
Enregistré le : samedi 10 mars 2007 17:34
Localisation : NANTES Erdre rive droite

bach

Message par JVERT » vendredi 27 juin 2008 19:44

Image

J'adore cette oeuvre particulièrement la version P. Herreweghe / Barbara
Schlick :wink:

Répondre

Retourner vers « Musique baroque »

cron