Les Platines Vinyles

C'est ici que vous pouvez parler du matériel dédié vinyle.

Modérateurs : Bush Tucker Man, Eric62, Rico le Montais, rémipaseul

Avatar du membre
Michel68
Conseiller honoraire
Messages : 4354
Enregistré le : lundi 30 janvier 2006 14:44
Âge: 72
Localisation : Le Sud du Front de l'Est

Les Platines Vinyles

Message par Michel68 » vendredi 6 octobre 2006 18:07

:arrow: Présentation
Devant le regain actuel de certains membres de ce forum pour les platines vinyles, je propose à ceux qui seraient potentiellement intéressés, mais aux autres aussi, une petite présentation des ces platines.
Celle-ci permettra de parfaire vos connaissance sur le sujet (pour ceux que cela intéresse) et orientera d’éventuels acquéreurs à faire les bons choix.
Pour information je dispose chez moi d’une première platine une Technics SL-D210 un modèle assez basique, mais je vais à court terme faire l’achat d’une seconde platine à savoir une platine Audiophile Transrotor Blue Ray avec bras SME M2 et cellule MC Cantare, à défaut de pouvoir acquérir la SCOUT de chez Vpi avec le fameux bras JMW9.
http://www.vpiindustries.com/

Venons en à présent à la constitution proprement dite des platine vinyles.

:arrow: Description
Une platine vinyle est composée des éléments suivants
- Le plateau tournant et l’entraînement
- Le bras
- La cellule
- Le socle
- Les accessoires

:arrow: - Le plateau tournant et l’entraînement
Il supporte et entraîne le disque. Il est étroitement associé au système d'entraînement (moteur). L'objectif commun à toutes les platines est d'offrir un entraînement très stable et silencieux. La cellule se comporte comme un microphone qui "écoute" les gravures du sillon. La moindre vibration est donc directement amplifiée et audible.
Deux stratégies s'opposent au niveau de cette conception:
- L‘entraînement par courroie
L'entraînement par courroie avec un plateau "lourd" permet une régulation simple de la vitesse par l'inertie même du plateau. Les modèles d'entrée de gamme (cf. platines économiques) utilisent une courroie a forte adhérence car le plateau trop léger n'a pas assez d'inertie. Les modèles audiophiles utilisent un plateau beaucoup plus lourd. La masse est généralement reportée sur la périphérie pour augmenter le moment d'inertie. Cela nécessite une conception rigoureuse pour éviter les résonances de type "cloche". La courroie est alors généralement plus souple (élastique) pour absorber les vibrations du moteur. Cette démarche est très performante et peu coûteuse à fabriquer. Cela permet de proposer des performances très élevées tant au niveau de la stabilité de vitesse que du bruit résiduel. On améliore ces performances en augmentant la masse du plateau. A l'extrême, certains modèles ésotériques, comme la Verdier ou la Micro Seiki, utilisent des plateaux atteignant plus de 20 kg et entraînées par un fil. Dans ce cas la vitesse de rotation est atteinte très lentement.
La solution de l'entraînement par courroie se caractérise par une mise en vitesse assez lente, ce qui peut poser problème pour certaines applications: radio ou discothèque. Le moteur d'entraînement, dans le cas des platines à courroie, est généralement un modèle synchrone basse tension (16V) tournant assez vite. Cela permet d'avoir un fonctionnement réellement silencieux. La courroie est le plus souvent placée sous le plateau principal entre le pignon du moteur et un plateau interne de diamètre intermédiaire (généralement de l'ordre de 15cm). On pose le plateau récepteur dessus.
Le couvre-plateau est un élément très important. Il assure le contact avec le disque. Il peut être en matériaux absorbants (caoutchouc), en feutre ou tout simplement absent dans le cas de plateau de haute-précision (en métal rectifié ou en verre). Les platines à démarrage rapide utilisent un plateau en caoutchouc anti-dérapant.
- L’entraînement direct
L'alternative à la courroie est l'entraînement direct. Mis au point à l'origine par Denon et Technics, l'entraînement direct utilise un moteur très spécial placé dans l'axe du plateau. Dérivé des moteurs pas à pas utilisés par l'industrie, ces moteurs nécessitent un pilotage électronique complexe. Leur couple très important permet un démarrage quasi-instantané. Ces moteurs permettent une variation de vitesse très précise. Cet ajustement est très utile aux professionnels qui l'emploient pour ajuster 2 rythmes ou l'accord quand celui-ci n'est pas identique entre 2 enregistrements.
Ces platines possèdent un commande externe (auto-start) permettant de déclencher le départ par le potentiomètre de volume de la table de mixage (DJ ou radio). Contrairement à une idée reçue, les très bonnes platines professionnelles (Technics SL1200MK2, Denon DP900,...) offrent des performances largement au niveau voire supérieures aux platines audiophiles à entraînement par courroie de prix équivalent.
Remarque : Il existait des entraînements par galet sur des modèles anciens. Cette technologie est intermédiaire entre l'entraînement direct et la courroie. L'axe du moteur est prolongé par un pignon entouré d'une bague en caoutchouc rectifié ou en nylon. Cette bague appuie directement sur le bord interne du plateau. Cette méthode offre des démarrages plus rapides que les courroies... au prix d'un bruit de fonctionnement assez (trop) important. Elle a été abandonnée sur les produits actuels.

:arrow: - Le bras
Il existe plusieurs types de bras, chacun ayant ses avantages et ses inconvénients. Les principaux sont: le bras droit, le bras en S et le bras tangentiel.
Le rôle du bras est de placer la cellule sur le sillon dans les meilleures conditions, c'est à dire suivant un axe le plus proche possible de la tangente au sillon et avec la force d'appui adapté à la cellule. La forme du bras, droit ou en S n'a pas d'incidence sur l'orientation de la cellule. Seule la longueur du bras est déterminante sur la précision. Par contre cette forme a une incidence sur la rigidité et le comportement mécanique du bras.
Les bras droits sont les plus courants en usage audiophile. Réalisés dans des matériaux inertes, ils doivent être très rigides. C'est pourquoi les platines Pro-ject emploient des bras faits d'une seule pièce. Les bras en S et coudés sont surtout utilisés sur les platines professionnelles. Ces bras sont le plus souvent d'une longueur de 9". Il existe aussi des modèles de 12". Plus longs, ils offrent une erreur de piste plus faible mais nécessitent une construction plus complexe car ils sont plus sensibles aux résonances.
Les bras tangentiels sont assez complexes et coûteux. On ne les trouve plus que sur certaines platines ésotériques comme les B&O.

:arrow: - La cellule
La cellule doit être adaptée au bras et à la platine. A cet égard 3 types de standards existent.
- Le standard P-Mount, aussi appelé T4P. Il se fiche directement en bout de bras. Complètement abandonné aujourd'hui, il était assez répandu jusqu'en 1985 sur les platines d'entrée de gamme et sur certains modèles audiophiles avec des bras spéciaux (Technics, Marantz, B&O).
Le verrouillage se fait par une vis qui traverse le bras et la cellule.
Les diamants de rechange des cellules de ce format ont des formes très variées (plus de 30 modèles) et il n'est pas toujours possible de trouver l'équivalence. Le remplacement de la cellule complète est donc plus économique.
- Le standard 1/2" est celui qu'on trouve le plus couramment aujourd'hui. La cellule est fixée par 2 vis sur une coque porte-cellule (au standard SME) ou directement sur le bras formé d'une seule pièce comme sur les platines Project. Les fils sortent du bras pour être raccordé à la cellule.
Le câblage doit respecter un code, ces cellules existent aussi bien pour les platines audiophiles que pour les platines DJ bien que ces dernières préfèrent souvent la forme "Concorde" qui permet un repérage plus simple du sillon dans l'obscurité.
- La monture Ortonfon/SME, conçu pour améliorer la fiabilité du contact entre le bras et la cellule est très utilisée sur les platines DJ grâce au succès de l'incontournable Technics SL1200 MKII. On trouve aujourd'hui un vaste choix de cellules audiophiles et professionnelles avec cette monture.
Le verrouillage se fait par baïonnette. Il n'y a, bien sûr, plus de coque porte-cellule.
Il est possible de monter une cellule standard sur un bras en S avec monture Ortofon/SME en ajoutant une coque porte cellule
Pointe sphérique ou elliptique ?
- Le choix est très simple, les cellules à pointe sphérique sont à réserver à un usage discothèque. Pour un usage haute-fidélité, il est nettement préférable de choisir une taille elliptique
Aimant ou bobine mobile ?
Ces 2 technologies ont pour vocation de transmettre au préamplificateur les vibrations du diamant sous forme électrique. La plus courante des technologies est celle à aimant mobile. L'ensemble pointe et cantilever (la tige porte-pointe) est animé dans un champ magnétique.
- Aimant mobile
Dans le cas de l'aimant mobile, l'aimant est sur le cantilever et la bobine induite est dans la cellule. Sensibilité élevée (2 à 5 mV)
Changement facile de la pointe de lecture, assez économique, robuste (important en usage pro)
- Bobine mobile
Dans le cas de la bobine mobile, l'aimant est fixe et la bobine est placée sur le cantilever. Les cellules à bobine mobile et haut niveau de sortie permettent de ne pas utiliser de préamplificateur phono
Distorsion encore plus faible, meilleure réponse transitoire, image sonore large, sonorité douce
Par contre, remplacement du diamant en usine, prix plus élevé, niveau de sortie plus bas.
Choix de la cellule en fonction du bras
La cellule ne peut être dissociée du bras qui la supporte pour analyser son comportement dynamique. Les efforts appliqués sur la pointe de lecture sont retransmis au bras (ce qui est nécessaire pour qu'il pivote) et c'est donc cet ensemble qui va nous intéresser. Chaque cellule est caractérisée par sa souplesse verticale (aussi nommée compliance). Elle se mesure en mm/N (Newton) avec des valeur comprise entre 8 et 50. Les cellules à bobine mobile sont généralement moins souples que celles à aimant mobile.
Le bras a une masse effective qui va déterminer la fréquence de résonance de l'ensemble (amorti par la souplesse de la cellule). Dans l'idéal, la fréquence de résonance de l'ensemble bras/cellule doit être éloignée de celles des sources de perturbations (planéité du disque, vibration dans l'air produite par les enceintes, vibration du sol..). Pour rester inaudible, la fréquence de résonance devrait être autour de 10Hz. Elle ne doit pas descendre en dessous de 5Hz pour éviter d'entrer en résonance avec les bruits d'entraînement.
Il est difficile d'obtenir par un calcul simple à partir des seules spécifications (masse et compliance) une valeur exacte de la fréquence de résonance. La seule méthode fiable consiste à utiliser un disque de test
En règle générale, les bras de masse < 10g demande des cellules de compliance supérieure à 14, les bras de 10 à 25g des cellules de compliance de 10 à 30 et les bras de plus de 25g des cellules de compliance inférieure à 14. Ces valeurs étant approximatives car il faut tenir compte des amortissements du bras

:arrow: - Le socle
Le socle a pour mission de supporter le plateau, le moteur et le bras. Il a aussi la tâche de réduire les perturbations externes en provenance du sol. Les sources de perturbation perceptibles par la cellule sont multiples : par le sol, par le moteur, par l'air. L'idéal serait d'avoir un socle très lourd et le plus compact possible pour ne pas offrir de prise aux vibrations aériennes (en provenance des enceintes). Cela se traduit par le choix de matériaux très denses et inertes. L'emploi de sandwich de matériaux de densités différentes permet de réduire encore certains modes vibratoires.

:arrow: - Les accessoires
- Le stroboscope, gravé sur ou sous le plateau, permet d'ajuster la vitesse avec précision. Il utilise des points dont l'espacement est conçu pour que les points apparaissent fixes quand la vitesse est correcte avec un éclairage à 50Hz (pris sur le secteur 220V ou sur un oscillateur à quartz).
- Le capot de protection est indispensable pour protéger la platine des poussières, principal ennemi des disques. Si le capot peut éviter des accrochages a fort niveau, il reste préférable de lire les disque capot ouvert car la résonance de l'air dans le capot peut perturber plus encore le signal que la protection apportée. Les capots sont en effet trop légers pour ne pas devenir un capteur de résonances. C'est pourquoi toutes les platines permettent de le dégonder pour le retirer. Son influence reste imperceptible dans le cadre d'une écoute à bas niveau.
- Le palet presseur est un accessoire très apprécié des audiophiles exigeants. Il permet d'annuler les résonances qui peuvent se former entre le disque et le couvre-plateau.
- L'éclairage de la cellule est courant sur les platines professionnelles. Cela permet un repérage visuel du début de chaque plage. Indispensable en radio ou discothèque.
- Le variateur de vitesse est utile surtout en discothèque. Il doit avoir un point central marqué pour retrouver facilement la position standard. Il peut intéresser aussi les collectionneurs de disques anciens qui n'étaient pas tous en 78tr/min.
Modifié en dernier par Michel68 le samedi 4 novembre 2006 19:54, modifié 12 fois.
"Das Dritte Ohr" - Nagra, Transrotor Blue Ray / ZET 1 & BW 803D

Avatar du membre
nostra
Club des 1000 et +
Messages : 1617
Enregistré le : lundi 30 janvier 2006 16:50
Âge: 59
Localisation : dans l'oise a coté de mouy

Message par nostra » vendredi 6 octobre 2006 18:58

et dire que dans ma cave traine une vieille thorens td145 que je m'etais acheté en 1976 . il y a longtemps , j'ai preter la tete de lecture complete mais ne l'ai jamais revue . c'est pour cela que je considere la platine comme hs depuis des lustres . En plus , la courroie est completement détendue et n'entraine plus grand chose et derniere chose j'ai cassé le couvercle .
quelq'un a une idée sur le moyen de la reparer , ou alors .... je bene :oops:
une tite chaine de moyenne fidélité , mais que j'ai en haute estime ;)

Avatar du membre
Michel68
Conseiller honoraire
Messages : 4354
Enregistré le : lundi 30 janvier 2006 14:44
Âge: 72
Localisation : Le Sud du Front de l'Est

Message par Michel68 » vendredi 6 octobre 2006 19:10

Nostra, je t'envoie un MP pour un contact concernant la courroie et la tête de lecture de ta THORENS
"Das Dritte Ohr" - Nagra, Transrotor Blue Ray / ZET 1 & BW 803D

Avatar du membre
nostra
Club des 1000 et +
Messages : 1617
Enregistré le : lundi 30 janvier 2006 16:50
Âge: 59
Localisation : dans l'oise a coté de mouy

Message par nostra » vendredi 6 octobre 2006 20:07

merci michel68 MP reçut , je m'en occupe la semaine prochaine et te dit quoi :wink:
une tite chaine de moyenne fidélité , mais que j'ai en haute estime ;)

Avatar du membre
Eric62
Administrateur
Messages : 18356
Enregistré le : dimanche 12 février 2006 00:47
Âge: 51
Localisation : Sud de Lille au nord du Pas-de-Calais

Message par Eric62 » vendredi 6 octobre 2006 22:51

nostra a écrit :et dire que dans ma cave traine une vieille thorens td145 que je m'etais acheté en 1976 . il y a longtemps , j'ai preter la tete de lecture complete mais ne l'ai jamais revue . c'est pour cela que je considere la platine comme hs depuis des lustres . En plus , la courroie est completement détendue et n'entraine plus grand chose et derniere chose j'ai cassé le couvercle .
quelq'un a une idée sur le moyen de la reparer , ou alors .... je bene :oops:
Ma poubelle est grande ouverte, n'hésite surtout pas :!: :!: :lol: :lol:

Cordialement, Eric. :wink:

Isalula
Messages : 432
Enregistré le : mardi 20 juin 2006 16:12

Message par Isalula » samedi 7 octobre 2006 08:28

Plus de vinyles, plus de platine... Le cd c'est fantastique !!! (1985) Ca m'apprendra à croire tout ce qu'on raconte :roll:

Quelle jeunesse... :?

Trop d'impulsivité en lui comme son père aurait dit Master YODA... :lol:

J'avais une THORENS TD166 (?) équipé du bras SME 3009 type S2.

Superbe présentation, Michel, bravo !

Nostalgiquement...

steph000
Messages : 89
Enregistré le : vendredi 15 septembre 2006 10:21
Localisation : Paris

Message par steph000 » samedi 7 octobre 2006 10:41

Très bonne initiative et belle présentation Michel !!

Petite question concernant les pré-ampli phono, quels critères prendre en compte pour bien choisir son pré ampli? Des marques à privilégier??

Merci

Cordialement

Steph

Avatar du membre
fiber
Conseiller honoraire
Messages : 912
Enregistré le : lundi 30 janvier 2006 15:27
Âge: 53
Localisation : banlieue parisienne
Contact :

Message par fiber » samedi 7 octobre 2006 11:22

salut

a des prix résonnable il y a

Pro-Ject Phono Box Mk2 100€
Cambridge Audio 640P 130€
Goldring PA1 135€

ma preférence va à la cambridge qui est Compatible bobine mobile et aimant mobile :wink:

apres il y a le haut de gamme (Clearaudio . Audio Analogue . etc etc mais c'est plus le meme prix :? )

a++

Avatar du membre
Michel68
Conseiller honoraire
Messages : 4354
Enregistré le : lundi 30 janvier 2006 14:44
Âge: 72
Localisation : Le Sud du Front de l'Est

Quel choix de préampli Phono

Message par Michel68 » samedi 7 octobre 2006 15:41

Pour répondre à steph000, je lui donne quelques explications
:arrow: Historique
Au début des disques, à l’époque des 78 tours, l'enregistrement était très limité en fréquence car les fréquences graves demandaient une excursion du sillon incompatible avec la surface du disque. On se contentait alors d'une plage de 150Hz à 3000Hz. Entre 1925 et 1956, chaque compagnie de disque a mis au point une courbe de pré-accuentuation qui renforce les aigus et atténuent les graves lors de l'enregistrement. La courbe inverse est appliqué à la sortie de la platine pour écouter le disque.
Comme il devenait commercialement ingérable de changer les réglages du préampli en fonction du label de disque, l'association des éditeurs phonographiques américain (Recording Industry Association of America ou RIAA, d’où le sigle) a mis au point un standard pour cette courbe en 1956 en se basant sur le format utilisé par RCA et Victor depuis 1953.
:arrow: Le préampli RIAA
La précision du suivi de cette courbe fait partie des qualités demandées à ce préampli. Le schéma d'un préampli RIAA est assez simple. La courbe à 6dB/octave correspond à une cellule de filtrage du 1er ordre (1 condensateur). Pour avoir une bonne précision, il faut donc utiliser des condensateurs de précision.
La cellule phono délivre un signal de très bas niveau: env. 3mV pour les modèles à aimant mobile et de 0,3mV pour celle à bobine mobile. Il faut donc augmenter le niveau pour l'amener au 0,6V usuels d'une entrée ligne.
L'autre critère de qualité du préampli est donc son niveau de bruit intrinsèque. Travailler à d'aussi bas niveau nécessite l'emploi de composant à très bas niveau de bruit et d'une alimentation très silencieuse (c'est à dire produisant peu de perturbations qui se retrouverait dans le signal, ce n’est pas le but de la manœuvre).
Les préamplis phono RIAA se font rares sur les appareils récents et, souvent de qualité modeste. La précision du respect de cette courbe est très importante et nécessite des composants très rigoureusement triés: la reconstruction de cette courbe reposant sur "seulement" quelques condensateurs et résistances. Les composants actifs (circuits intégrés, transistors ou lampes) doivent être sélectionnés par rapport à leur très faible bruit de fond tout en préservant un gain suffisant.
Le préampli RIAA travaille comme un excellent préampli micro avec une égalisation extrêmement précise et un niveau de bruit très bas.
Cela explique que l'alimentation est souvent déportée pour ne pas interférer avec les signaux très faibles et que le coffret doit être soigné pour réduire au maximum les effets microphoniques sur les condensateurs, tout en assurant un bon blindage électromagnétique.
:arrow: Conclusion
Pour simplement ajouter un préampli pour un usage standard, le préampli type Vivanco de prix modique, offre une solution fiable et très économique. Les préamplis de gamme supérieure sont plus conçus pour les vrais passionnés de vinyles et s’adaptent aux meilleures cellules du marché encore faut-il avoir un ensemble cohérent, rien ne sert à mettre en oeuvre un très bon préampli et une platine de moyen ou de bas de gamme, sans parler de la chaine suivante (amplification proprement dite et enceintes
J'espère ainsi avec répondu à tes préoccupations ....
"Das Dritte Ohr" - Nagra, Transrotor Blue Ray / ZET 1 & BW 803D

steph000
Messages : 89
Enregistré le : vendredi 15 septembre 2006 10:21
Localisation : Paris

Message par steph000 » samedi 7 octobre 2006 19:23

Alors là je n'ai plus de question :!: :D
Merci Michel pour toutes ces précisions.

Avatar du membre
Michel68
Conseiller honoraire
Messages : 4354
Enregistré le : lundi 30 janvier 2006 14:44
Âge: 72
Localisation : Le Sud du Front de l'Est

Message par Michel68 » lundi 9 octobre 2006 12:46

Slt Jchris,
La cellule Elecktra est un modèle élliptique il me semble, donc adaptée pour une utilisation audiophile. Généralement les bruits de "distorsions" proviennent soit de la surface du disque (encrassement, mauvais pressage, etc ...), soit de la cellule (mauvais positionnement, usure de la pointe ou encrassement), soit une inadaptation par rapport au préampli ( impédance, etc....)
Peut-être y aurait-il toutefois interêt à changer cette cellule .... le coût ne doit pas être trop élevé il me semble.
Quant aux bruits de surface, il faudrait peut-être penser à "isoler" mécaniquement la platine du support sur laquelle elle est poser.
Essayes de mettre des patins en feutrine ou en caoutchouc sous ses pieds, histoire de voir si le phénonème se maintient. Il existe aussi des tapis à poser sur le plateau visant à diminuer ce type de bruit.
Chez moi la platine (le seconde le sera aussi) est isolée du support par des pointes de découplage. Ce support étant lui même isolé des autres éléments de la chaine.
"Das Dritte Ohr" - Nagra, Transrotor Blue Ray / ZET 1 & BW 803D

Avatar du membre
Michel68
Conseiller honoraire
Messages : 4354
Enregistré le : lundi 30 janvier 2006 14:44
Âge: 72
Localisation : Le Sud du Front de l'Est

Message par Michel68 » lundi 9 octobre 2006 13:21

Très très délicatement, avec une petite brosse à pois souples (tu sais le modèle que l'on utilise pour nettoyer les objectifs des appareils photos) avec selon les cas un peu d'alcool à bruler pour enlever les excédents gras. Ce n'est peut-être pas le seule méthode mais pour moi elle est efficace, donc je la maintiens.
Tiens un petit lien qui donne des conseils (avec mon procédé j'en suis pas loin)
http://www.son-video.com/Rayons/Hifi/Pl ... inyle.html
"Das Dritte Ohr" - Nagra, Transrotor Blue Ray / ZET 1 & BW 803D

Birdynamnam
Conseiller honoraire
Messages : 1721
Enregistré le : vendredi 11 août 2006 08:19
Âge: 40
Localisation : Lorraine

Message par Birdynamnam » mardi 10 octobre 2006 21:10

Un vrai livre ouvert sur la hifi ce Michel ! :wink:

un grand merci pour ces présentations exhaustives de l'univers du vinyle; çà donne envie d'y plonger !

Strygar57
Messages : 37
Enregistré le : mardi 15 août 2006 22:42
Localisation : Là ou il pleut tout le temps donc, ou on peut écouter de la musique chez soi

Message par Strygar57 » jeudi 12 octobre 2006 23:30

Bon, allez... Après ce brillant (et je le pense) exposé technique, rêvons un peu.
Voici quelques sites choisis, de matos pour les amateurs (Fortunés !!!) du vinyle.

On commence par les Rolls
http://transrotor.skileon.info/code/de/start/index.html

On continue par les Aston Martin
http://www.clearaudio.de/

Le site du Grand (Avec un grand "G") Pierre
http://www.audiomeca-hifi.com/

Enfin, un autre Psycho bien français bien connu pour ses montages monotriodes et ses tables de lecture de dingue. J'ai nommé, the one and only Mr Verdier (Il est tellement bon qu'il se fout même de la tronche des copieurs sur son site. Mdr :lol: )
http://www.jcverdier.com/

Bon, pour ma part, j'ai ça... Http://www.project-audio.com/main.php?p ... es&lang=en Ca marche bien, mais, seul point noir, ma cellule est pourrave (une vieille Ortofon avec pas mal d'heures de vol. Temps de changer pour une Benz MC20 :D ). Mais un jour, je compte bien acheter ça ... http://www.tnt-audio.com/sorgenti/audio ... nce_e.html (Ben voui, qu'est ce que vous voulez. Quand on aime... Saint Euro-Millions, priez pour nous :lol:).
Allez A+

PS: j'ai entendu quelque part au la durée de vie d'un CD conservé dans de bonnes conditions est d'à peu près 25 ans contre 100 ( :shock: ) pour un vinyle. Ne jetez donc pas vos platines :wink:)

Avatar du membre
hakancez
Messages : 168
Enregistré le : jeudi 18 mai 2006 13:54
Âge: 44
Localisation : Izmir / Turquie
Contact :

Message par hakancez » vendredi 13 octobre 2006 23:05

La Platine Verdier, c'est un reve pour tout les fans de vinyl et pour moi aussi. J'ai plusieurs fois ecouté, avec des differents bras (tonearm) et des differents cellules... C'etait magnifique. Moi je n'ai pas une platine de Monsieur Verdier, mais je suis tres heureux d'utiliser un ampli de lui. (Triode Spirit 2300B-2A3)

Image

J'ai une platine de Michell, Gyrodec Mark II Bronze Edition avec PSU Gyropower, bras SME series V, et cellule Denon DL-103. En plus j'ai plusieurs platines vintages de Dual, Sansui etc. Mais pour moi, ma plus précieuse platine c'est Kybélé. C'est un projet de DIY. J'ai fais moi meme la platine et le bras. Chez mon web il ya tout les detailles mais seulement en Turc... Voila, ma platine Kybélé;

Image

Répondre

Retourner vers « Le coin du vinyle »