Une histoire subjective du film noir a travers ses femmes

Vous parlerez ici de vos coups de coeur visuels.

Modérateurs : Bush Tucker Man, rémipaseul, Eric62, Rico le Montais

Avatar du membre
astrorock
Messages : 228
Enregistré le : lundi 1 février 2010 15:55

Re: Une histoire subjective du film noir a travers ses femme

Message par astrorock » mercredi 2 mars 2011 19:21

The french connection II. 1975. John Frankenheimer. http://www.imdb.com/title/tt0073018/

Le policier new yorkais "Popeye" Doyle arrive à Marseille pour traquer Charnier, un homme d'affaires trafiquant de drogues. Mais il se heurte très vite à l'inspecteur Barthélémy de la Police française qui n'est pas d'accord avec ses méthodes radicales. Rapidement, Doyle est enlevé et séquestré par les hommes de Charnier. Pendant plusieurs jours, ils lui administrent des piqûres d'héroïne et l'abandonnent mourant non loin de la préfecture. Retrouvé et désintoxiqué par l'inspecteur Barthélemy, Doyle apprend l'arrivée d'un chargement d'héroïne à bord d'un cargo en provenance de Rotterdam, le Tarron...

Comme pour le parrain nous voila face a une suite presque aussi forte que le premier opus. Indispenssable.
Modifié en dernier par astrorock le mardi 17 mai 2011 14:53, modifié 1 fois.
"Grimper par ruse au lieu de s'élever par force? Non merci! Exécuter des tours de souplesse dorsale? Non merci! Calculer, avoir peur, etre bleme? Non merci! Ne pas monter bien haut,peut-etre,mais tout seul!"

Avatar du membre
astrorock
Messages : 228
Enregistré le : lundi 1 février 2010 15:55

Re: Une histoire subjective du film noir a travers ses femme

Message par astrorock » lundi 16 mai 2011 21:26

Reprise des hostilités avec:

Un apres midi de chien. 1975. Sidney Lumet. http://www.imdb.com/title/tt0072890/

Re lumet et ses gros sabots 70's.....Fuyez!
"Grimper par ruse au lieu de s'élever par force? Non merci! Exécuter des tours de souplesse dorsale? Non merci! Calculer, avoir peur, etre bleme? Non merci! Ne pas monter bien haut,peut-etre,mais tout seul!"

lwan
Messages : 268
Enregistré le : jeudi 10 décembre 2009 15:43

Re: Une histoire subjective du film noir a travers ses femme

Message par lwan » lundi 16 mai 2011 22:56

moi j'avais bien aimé ce film.
avec un personnage à la personnalité inédite, plein de contradictions et très humain.

pas à la hauteur certes de la merveille "12 hommes en colère".

un dernier conseillé par un ami et bien plaisant et original: "à bout de course" à propos d'anciens terroristes d'extrême gauche en cavale, là aussi sans caricature, très humain, avec des personnages complexes et vivants.

Avatar du membre
astrorock
Messages : 228
Enregistré le : lundi 1 février 2010 15:55

Re: Une histoire subjective du film noir a travers ses femme

Message par astrorock » mardi 17 mai 2011 14:52

L'inspecteur ne renonce jamais. 1976. James Fargo. http://www.imdb.com/title/tt0074483/

Se passant quelques années après les évènements de Magnum Force, le film est centré autour d'un groupe de terroristes s'appelant la Force de Frappe du Peuple, composé d'anciens vétérans du Vietnam et dont le chef se nomme Bobby Maxwell. Cette organisation extrêmiste réclame 2 millions de dollars à la ville de San Francisco. Sa première action est le cambriolage d'un entrepôt rempli d'armes militaires à longue portée dont l'un des terroristes est un ancien employé. Entre-temps Harry Callahan se voit associer comme partenaire Kate Moore qui travaille depuis 9 ans au service du personnel sans expérience de la police criminelle et n'a jamais effectué d'arrestations ni été confrontée à des situations violentes. Harry désapprouve que sa nouvelle partenaire soit une femme, bien qu'il finira par la suite par respecter son dur travail et l'application qu'elle y apporte.

Bon, il faut bien admettre qu'apres magnum force le sujet parais faiblard, le film vaut quand meme le coup pour toutes les sequences de la mutation de harry au service du personnel (mais on n'y met les trous du cul!) avec la scene d'anthologie du passage a l'oral des impetrants inspecteurs et les echanges entre harry et mme grey du burau du maire. Bon evidement la liquidation des affreux au lance roquette n'est pas banale mais apres deux opus majeurs on descend de plusieurs crans.

Tyne daly
Image

Mme "Jan Stratton" Grey....
Image

Astro compatibles: Tyne daly non, mme grey, yessssssssssssssssss! Oui je sais c'est du vice mais bon! :lol: :lol: :lol:
"Grimper par ruse au lieu de s'élever par force? Non merci! Exécuter des tours de souplesse dorsale? Non merci! Calculer, avoir peur, etre bleme? Non merci! Ne pas monter bien haut,peut-etre,mais tout seul!"

Avatar du membre
astrorock
Messages : 228
Enregistré le : lundi 1 février 2010 15:55

Re: Une histoire subjective du film noir a travers ses femme

Message par astrorock » mardi 17 mai 2011 14:56

Marathon man. 1976. John Schlesinger. http://www.imdb.com/name/nm0772259/

Babe Levy est un jeune New-Yorkais, nouvellement diplômé de l'université et qui s'entraîne pour courir son premier marathon. Il va se retrouver malgré lui dans le monde impitoyable des intrigues internationales. Son frère Doc travaille officiellement dans l'industrie pétrolière. En réalité, il est membre actif d'une organisation gouvernementale secrète, et il est assassiné. On apprend que le Dr Szell, un criminel de guerre nazi, serait venu récupérer un trésor de guerre qu'il avait confié autrefois à son frère... Babe Levy va devoir courir le marathon de sa vie pour échapper aux tenailles qui se referment sur lui.

Film emprunt d'une tension permanente, meme dans la premiere 1/2 heure ou l'ambiance est lourde. On est volontairement dans le noir sur les motivations et les appartenances des protagonistes hormis celles du hero, qui as juste le tort d'etre la mauvaise personne au mauvais moment et se trouve broyee par une logique implacable. Excellent film magnifiquement incarne par les acteurs principaux.

Marthe Keller
Image

Image

Astro compatible: 30%...
Modifié en dernier par astrorock le jeudi 19 mai 2011 15:35, modifié 2 fois.
"Grimper par ruse au lieu de s'élever par force? Non merci! Exécuter des tours de souplesse dorsale? Non merci! Calculer, avoir peur, etre bleme? Non merci! Ne pas monter bien haut,peut-etre,mais tout seul!"

Avatar du membre
astrorock
Messages : 228
Enregistré le : lundi 1 février 2010 15:55

Re: Une histoire subjective du film noir a travers ses femme

Message par astrorock » mardi 17 mai 2011 14:57

Taxi driver. 1976. Martin Scorsese. http://www.imdb.com/title/tt0075314/

Vétéran de la Guerre du Vietnam, Travis Bickle est chauffeur de taxi dans la ville de New York. Ses rencontres nocturnes et la violence quotidienne dont il est témoin lui font peu à peu perdre la tête. Il se charge bientôt de délivrer une prostituée mineure de ses souteneurs.

Une palme d'or et on se demande bien pourquoi tant on peine a s'identifier a minima avec le "hero". L'intrigue est fort peu credible dans la premiere partie du film et on ne comprend pas bien ce qui pousse travis a devenir une machine a tuer dans la seconde. Bref une deception a la hauteur du statut du film.

Jodie Foster
Image

Image

Cybill Shepherd
Image

Image

Astro compatibles: Jodie 50% plus vieille, Cybill m'enerve beaucoup, le cote bourgroise a devergonder surement.... :oops: :oops: :oops:
Modifié en dernier par astrorock le vendredi 20 mai 2011 06:41, modifié 4 fois.
"Grimper par ruse au lieu de s'élever par force? Non merci! Exécuter des tours de souplesse dorsale? Non merci! Calculer, avoir peur, etre bleme? Non merci! Ne pas monter bien haut,peut-etre,mais tout seul!"

Avatar du membre
astrorock
Messages : 228
Enregistré le : lundi 1 février 2010 15:55

Re: Une histoire subjective du film noir a travers ses femme

Message par astrorock » mardi 17 mai 2011 14:58

Bilan des 70's.

Une decennie monstre apres les lancinantes 60's.

Deux films ecrasent tout sur leur passage, "le parrain" tragedie operatique universellement saluee et le toujours choc, a la revoiyure, "french connection" sommet du polar toute decenies confondue. Deux oeuvre d'une folle intensite et d'une virtuosite qui defie le temps. "french connection" est a ce titre un film matrice tant il y a un avant et un apres, entre autre la camera a l'epaule, le style reportage de l'image, la poursuite automobile qui fait encore reference 35 ans apres.

Au second rang, je place un trio avec les reconnus et une surprise. Les deux reconnus sont le bloc "l'inspecteur harry"/"magnum force" et "chinatown" et dieu sais si je ne goute guere polanski en tant que metteur en scene. L'enorme surprise c'est le formidable "le privé" qui a defie le temps et qu'on apprecie de plus en plus a chaque visionnage. Mon coup de coeur de la decennie.

Les bides c'est tous les sydney lumet dont le moralisme de gauche a l'americaine m'horripile, un yves boisset ricain quoi... :lol:

Rayon femmes en noir, le decennie est dure tant elles ne sont pas tres presentes a l'ecran. cybill shepherd n'as donc pas de mal a eclipser les autres. Et puis le cote bourgeoise....

Image

Elle m'enerve la Cybill, elle m'enerve....

A un point..... :oops: :oops: :oops:
Modifié en dernier par astrorock le mercredi 18 mai 2011 06:59, modifié 2 fois.
"Grimper par ruse au lieu de s'élever par force? Non merci! Exécuter des tours de souplesse dorsale? Non merci! Calculer, avoir peur, etre bleme? Non merci! Ne pas monter bien haut,peut-etre,mais tout seul!"

Avatar du membre
astrorock
Messages : 228
Enregistré le : lundi 1 février 2010 15:55

Re: Une histoire subjective du film noir a travers ses femme

Message par astrorock » mardi 17 mai 2011 18:00

Au programme des 80's:


L’ange de la vengeance. 1981. Abel Ferrara. http://www.imdb.com/title/tt0082776/

Le prince de New York. Sidney Lumet. http://www.imdb.fr/title/tt0082945/

La fièvre au corps. 1981. Lawrence Kasdan. http://www.imdb.com/title/tt0082089/

Le solitaire. 1981. Michael Mann. http://www.imdb.com/title/tt0083190/

Diva. 1981. Jean Jacques Beinex. http://www.imdb.com/title/tt0082269/

48 heures. 1982. Walter Hill. http://www.imdb.com/title/tt0083511/

Sudden impact. 1983. Clint Eastwood http://www.imdb.com/title/tt0086383/

Scarface. 1983. Brian de Palma. http://www.imdb.com/title/tt0086250/

La lune dans le caniveau. 1983. Jean Jacques Beinex. http://www.imdb.com/title/tt0085878/

Tchao Pantin. 1983. Claude Berri. http://www.imdb.com/title/tt0086420/

Contre toute attente. 1984. Taylor Hackford. http://www.imdb.com/title/tt0086859/

Body double. 1984. Brian de Palma. http://www.imdb.com/title/tt0086984/

Cotton club. 1984. Francis Ford Coppola. http://www.imdb.com/title/tt0087089/

The hit. 1984. Stephen Frears. http://www.imdb.com/title/tt0087414/

New York 3h du matin. 1984. Abel Ferrera. http://www.imdb.com/title/tt0087247/

Il etais une fois en amerique. 1984. Sergio Leone. http://www.imdb.com/title/tt0087843/

L'honneur des prizzi. 1985. John Huston. http://www.imdb.com/title/tt0089841/

Witness. 1985. Peter Weir. http://www.imdb.com/title/tt0090329/

L'année du dragon. 1985. Michael Cimino. http://www.imdb.com/title/tt0090350/

Police federale los angeles. 1985. William Friedkin. http://www.imdb.com/title/tt0090180/

At close range. 1986. James Foley. http://www.imdb.com/title/tt0090670/

Descente aux enfers. 1986. Francis Girod. http://www.imdb.com/title/tt0090933/

The hitcher. 1986. Robert Harmon. http://www.imdb.com/title/tt0091209/

Dangereuse sous tous rapports. 1986. Jonathan Demme. http://www.imdb.com/title/tt0091983/

Le sixieme sens. 1986. Michael Mann. http://www.imdb.com/title/tt0091474/

Mauvais Sang. 1986. Leos Carax. http://www.imdb.com/title/tt0091497/

La veuve noire. 1987. Bob Rafelson. http://www.imdb.com/title/tt0090738/

Engrenages. 1987. David Mamet. http://www.imdb.com/title/tt0093223/

Traquée. 1987. Ridley Scott. http://www.imdb.com/title/tt0094008/

Les incorruptibles. 1987. Brian de Palma. http://www.imdb.com/title/tt0094226/

Stormy Monday. 1988. Mike Figgis. http://www.imdb.com/title/tt0096180/

L'inspecteur harry est la derniere cible. 1988. Buddy Van Horne. http://www.imdb.com/title/tt0094963/

Mississipi burning. 1988. Alan Parker. http://www.imdb.com/title/tt0095647/

Piege de cristal. 1988. John McTiernan. http://www.imdb.com/title/tt0095016/

The killer. 1989. John Woo. http://www.imdb.com/title/tt0097202/

Mélodie pour un meurtre. 1989. Harold Becker. http://www.imdb.com/title/tt0098273/

Black rain. 1989. Ridley Scott. http://www.imdb.com/title/tt0096933/

Violent cop. 1989. Takeshi Kitano. http://www.imdb.com/title/tt0098360/

Quelques legendes, vont t'elles resister au temps......
"Grimper par ruse au lieu de s'élever par force? Non merci! Exécuter des tours de souplesse dorsale? Non merci! Calculer, avoir peur, etre bleme? Non merci! Ne pas monter bien haut,peut-etre,mais tout seul!"

Avatar du membre
davfouch
Club des 1000 et +
Messages : 1394
Enregistré le : lundi 4 décembre 2006 18:09
Âge: 43
Localisation : 44640
Contact :

Re: Une histoire subjective du film noir a travers ses femme

Message par davfouch » jeudi 26 mai 2011 09:42

Topic à la fois drole et passionnant, je ne le découvre qu'aujourd'hui, bravo l'ami Astro !
David
PC + M2tech Evo + Dynaudio Air 6

rann
Messages : 363
Enregistré le : vendredi 31 août 2007 15:43

Re: Une histoire subjective du film noir a travers ses femme

Message par rann » jeudi 26 mai 2011 10:04

astrorock a écrit :Taxi driver. 1976. Martin Scorsese. http://www.imdb.com/title/tt0075314/

Vétéran de la Guerre du Vietnam, Travis Bickle est chauffeur de taxi dans la ville de New York. Ses rencontres nocturnes et la violence quotidienne dont il est témoin lui font peu à peu perdre la tête. Il se charge bientôt de délivrer une prostituée mineure de ses souteneurs.

Une palme d'or et on se demande bien pourquoi tant on peine a s'identifier a minima avec le "hero". L'intrigue est fort peu credible dans la premiere partie du film et on ne comprend pas bien ce qui pousse travis a devenir une machine a tuer dans la seconde. Bref une deception a la hauteur du statut du film.
Palme d'or largement méritée
L'identification dépend de ton vécu, lorsque le film est sorti, ou plutôt quelques années après je me sentais en adéquation avec le héros
Je crois que tu n'a pas compris le film lié au préoccupation de la jeunesse post vietnam ou post Algérie chez nous (en l'occurence les situations border l)

Telle fut ma croix, moi et beaucoup d'autres
Et je regardai, et je vis apparaître un cheval couleur pale, et son cavalier se nommait Mort, et l'enfer le suivait...

Avatar du membre
astrorock
Messages : 228
Enregistré le : lundi 1 février 2010 15:55

Re: Une histoire subjective du film noir a travers ses femme

Message par astrorock » dimanche 29 mai 2011 10:00

Je crois, sans l'avoir vecu, comprendre. Je suis profondement touche par des films comme "voyage au bout de l'enfer" ou "rambo", grand film tres sous estimé amha, qui traitent au final de le meme chose. La je n'accroche pas du tout.
"Grimper par ruse au lieu de s'élever par force? Non merci! Exécuter des tours de souplesse dorsale? Non merci! Calculer, avoir peur, etre bleme? Non merci! Ne pas monter bien haut,peut-etre,mais tout seul!"

Avatar du membre
astrorock
Messages : 228
Enregistré le : lundi 1 février 2010 15:55

Re: Une histoire subjective du film noir a travers ses femme

Message par astrorock » dimanche 29 mai 2011 10:02

davfouch a écrit :Topic à la fois drole et passionnant, je ne le découvre qu'aujourd'hui, bravo l'ami Astro !
Je le publie sur plusieurs site mais c'est la qu'on s'appercois qu'il y a plus d'amateurs de materiel hc que de cinephiles.

C'est comme ca.

J'aurais peut etre plus de commentaires quand on approcheras des années 2000.
"Grimper par ruse au lieu de s'élever par force? Non merci! Exécuter des tours de souplesse dorsale? Non merci! Calculer, avoir peur, etre bleme? Non merci! Ne pas monter bien haut,peut-etre,mais tout seul!"

Avatar du membre
Rey51
Club des 2000 et +
Messages : 3648
Enregistré le : mardi 28 avril 2009 18:57
Âge: 55
Localisation : Reims

Re: Une histoire subjective du film noir a travers ses femme

Message par Rey51 » dimanche 29 mai 2011 11:04

Je suis avec intérêt cette histoire du film, mais ne voulant pas "poluer" ce post je n'ai pas fait de commentaires.
Alors aujourd'hui je dis bravo, :bravo: :bravo: :bravo: très beau travail.
J'ai découvert beaucoup de films et me suis remémoré d'autres.
Vivement la suite.
ICOS - AUDIOMAT - TRIANGLE

ninjasan
Club des 500 et +
Messages : 550
Enregistré le : vendredi 1 janvier 2010 10:03
Âge: 56
Localisation : PACA , à 937km au sud-est de Cholet
Contact :

Re: Une histoire subjective du film noir a travers ses femme

Message par ninjasan » dimanche 29 mai 2011 14:40

Ne crois surtout pas que ton fil tombe à plat,

c' est une belle anthologie , j' y reviens très régulièrement avec plaisir,
et je suis sur que nous sommes nombreux.

encore merci Astro

Christophe
CD Cambridge 650C ou PC-Dac Beresford Caïman-->intégré NAD C355bee-->Antal EX ou Grado sr325is ou AKG K701

Avatar du membre
astrorock
Messages : 228
Enregistré le : lundi 1 février 2010 15:55

Re: Une histoire subjective du film noir a travers ses femme

Message par astrorock » jeudi 2 juin 2011 08:28

La fièvre au corps. 1981. Lawrence Kasdan. http://www.imdb.com/title/tt0082089/

Ned Racine (William Hurt) est un avocat incompétent et assez miteux de Floride. Un soir, il rencontre Mattie Walker (Kathleen Turner), une femme splendide mariée à un homme riche. Il ne peut s'empêcher de la draguer. Elle succombe assez vite à ses avances. Dans les jours qui suivent, l'amour bestial qui les unit prend de plus en plus d'envergure. Ils conviennent ainsi de tuer le mari encombrant (Richard Crenna) et, ainsi, de récupérer une partie de sa fortune... Au lendemain du crime, ce sont deux très bons amis de Ned, un flic et un avocat, qui mènent l'enquête. Ils commencent à suivre la piste du couple...

Le classique trio femme/mari/amant, avec comme victime le mari et l'amant manipule par la mante religieuse. L'atmosphere est moite, il fait chaud, tres chaud, les corps transpirent, et meme si on se doute de comment tout cela vas finir, on marche a fond, tant les acteurs sont credibles et le scenario malin sans etre genial. Et puis le look debut 80's...Pas de morale puisque la mechante demeure impunie et seule la poire finis en taule. Dans le plan final on sent quand meme comme une pointe d'amertume, de regret de la part de matty, mais l'appat du gain a ete le plus fort.

Kathleen Turner
Image

Image

Image

Astro compatible: Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii! Ha la sublime s... !
"Grimper par ruse au lieu de s'élever par force? Non merci! Exécuter des tours de souplesse dorsale? Non merci! Calculer, avoir peur, etre bleme? Non merci! Ne pas monter bien haut,peut-etre,mais tout seul!"

Répondre

Retourner vers « Films et DVD »

cron